juillet 2

Love Simon … You’ve got mail

Love Simon ne sera sûrement pas le film de l’année … cela ne m’empêche pourtant pas de saluer l’audace de son réalisateur Greg Berlanti, qui a su, avec beaucoup de tendresse et de simplicité, porter à l’écran une histoire dont le personnage principal est gay. L’originalité de ce « coming of age movie » tenant pour moi à son public, composé pour la majorité d’adolescents et de jeunes adultes…

Simon, a 16 ans et une vie qu’il qualifie des plus classique sinon banale. Des parents normaux (bien que parfaits), un petite soeur qu’il adore et admire (mais à qui il ne l’avouera jamais) et surtout les  trois meilleurs amis au monde avec qui il partage tout. Enfin, presque … parce que Simon a aussi un énorme secret … Blue … ce mystérieux garçon avec qui il communique tous les jours et dont il est tombé éperdument amoureux… 

Traiter d’un sujet encore timidement abordé par le cinéma grand public, a été le pari gagné de Love Simon. Et c’est sous l’angle de l’humour et légèreté,  sans jamais de moqueries que le film – n’hésitant d’ailleurs pas des clins d’oeils à ses aînés tels High School Musical ou plus récemment les séries Riverdale et Thirteen Reasons Why – a voulu aborder la question du coming out de Simon … Même si certains clichés étaient inévitables, certains acteurs par leurs attitudes ou caractères m’ont clairement fait sourire voire rire, je n’ai jamais trouvé leur jeu lourd, ni leur personnage vulgaire …

Le héros, Simon, malgré ses « mauvais » choix, n’en restait pas moins très attachant et je le trouvais même hyper courageux. J’ai pu prendre part à ses interrogations (pourquoi les hétérosexuels n’auraient-il pas aussi à faire leur propre « coming out » ? Comment définir la normalité ?) , éprouver les difficultés  (protéger l’identité de Blue tout en ne mettant pas en péril une amitié de plus de 13 ans) qui le secouaient et partager ses craintes comme ses appréhensions…  Car c’est surtout la peur de décevoir qui semblait spécialement le tirailler … Peur de décevoir et de trahir en se révélant, sa famille, ses amis, ses professeurs, Blue et tous les autres … qui ont toujours vu en lui un fils-ami-élève modèle …  

Dans une société à 2000% connectée, inondée par les réseaux sociaux, et où le regard des autres s’est substitué à sa propre opinion, il devient difficile d’affirmer et surtout d’assumer cette personnalité qui pourtant fait notre singularité … Or comme l’indiquait judicieusement Emily, parfaitement interprétée par la douce Jennifer Garner, avant son coming out, un vide remplissait la vie de Simon, il lui manquait cette petite étincelle qui ferait qu’il redevienne ce petit garçon insouciant et heureux qu’il était… Car par delà même son intrigue (le mystère autour de l’identité de Blue), c’est avant tout un message de tolérance et d’acceptation que Love Simon a voulu faire passer… Acceptation de cette différence qui nous caractérise tous et que l’on devrait pouvoir assumer pour enfin être pleinement épanoui et heureux …  


Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,
Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit juillet 2, 2018 par Maddie dans la catégorie "Cinéma

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de